Les matières travaillées

Avant tout un choix émotionnel

les matériaux utilisés sont choisis pour la richesse des sensations qu’ils procurent visuellement, tactilement et émotionnellement par la force qu’ils contiennent et qu’ils représentent dans notre imaginaire. L’acier pour sa puissance, l’aluminium associé à la technologie, l’argile pour le lien aux origines, le bois des forets qui nous font respirer, le béton pour sa simplicité rustique, la résine pour sa plasticité, les LED pour l’énergie maitrisée…

Mais aussi parce que tous ces matériaux sont largement disponibles, façonnables à l’infini, réutilisables, recyclables et susceptibles d’être apprêtés de mille et une façons. Nous pouvons ainsi répondre à toutes sortes d’exigences esthétiques et techniques tout en proposant des objets durablement beaux et pérennes.

Associé à une recherche technique

Le bon dessin

Le travail commence toujours la création de dessins ou de motifs. Dessins de formes pour le mobilier, dessins d’idées pour les sculptures, les tableaux et les totems.

Les dessins ou motifs sont découpés dans le métal. Ils sont propres à Urbicus-Art et font l’objet d’une recherche attentive. Il y a notamment 2 critères aux quels nous portons une attention particulière: l’esthétique et la faisabilité technique. Effectivement, tout n’est pas réalisable…il faut s’assurer par exemple que la somme des traits de coupe ne détruise ni le rendu général du dessin, ni la résistance du support!

Le bon matériau

Le choix du matériau est évidemment important. Important pour le rendu esthétique de l’objet et pour ses qualités mécaniques et physiques. Il détermine aussi, outre les contraintes d’usinage, les finitions et traitements nécessaires.

Nous utilisons principalement un acier doux de construction en plaque de 2mm d’épaisseur (ou plus) pour la réalisation de nos objets. L’acier se prête assez bien à la patine bien qu’il soit très délicat d’obtenir des colorations autres que les bruns.

Pour le bois, nous utilisons de l’hévéa ou du hêtre, que nous traitons nous-même pour le durcir et éviter qu’il ne fende.

Pour les résines, la gamme est relativement étendue et dépend largement de la finalité de l’objet : résistance, transparence, inclusion…

Chacun de ces matériaux a ses propres règles mais ils ont tous en commun de demander patience et attention…

La bonne exécution de l’objet

Dessiner c’est bien mais après le dessin vient la réalisation : découpe, pliage, soudure, ébavurage, sablage, assemblage…En un mot, il s’agit de faire l’objet concrètement.

Les soudures doivent être propres, aussi invisibles que possible.

Les pliures doivent être nettes.

Les éléments doivent s’ajuster sans jeu superflu et sans effort.

La bonne finition

La phase suivante du travail du métal porte sur l’aspect de surface.
L’objectif est de vieillir le métal de façon à ce qu’il semble avoir traversé le temps et s’être chargé d’une histoire propre avant d’arriver jusqu’à vous. C’est ce que l’on appelle la patine. La règle de travail est simple : ne pas utiliser de peinture ni de vernis coloré!

la coloration du métal s’obtient par une somme de réactions chimiques telles qu’elles pourraient se produire sans intervention. Nous nous contentons d’accélérer le temps en jouant sur l’acidité, la température, la présence de composants spécifiques à certaines colorations: cuivre, soude, oxyde de fer…

Il faut ensuite arrêter le processus pour éviter qu’à terme le support ne disparaisse complètement comme un vieux clou qui a rouillé pendant des décennies.

Pour finir, nous protégeons la patine obtenue par l’application d’un revêtement qui l’isolera de l’air et retardera d’autant la reprise du processus de vieillissement.
Le choix du revêtement de finition est important et doit tenir compte de l’endroit ou sera installé l’objet: à l’abri ou exposé aux intempéries. Selon le cas il faudra choisir un revêtement adapté aux conditions climatiques, qui jouera plus longtemps son rôle protecteur.

Le revêtement de finition

Nous utilisons 3 types de revêtements de finition : les cires, le vernis mat cellulosique, le vernis brillant polyuréthane. Les cires, pour une utilisation en intérieur, donnent l’aspect le plus chaud et naturel mais doivent être entretenues (cirer à nouveau l’objet tout les 6 mois).

Le vernis mat, vernis d’intérieur, donne une protection qui ne nécessite pas d’autre entretien qu’un nettoyage régulier.

Le vernis polyuréthane est le plus résistant. Il est adapté à une utilisation exposant l’oeuvre aux intempéries et ne nécessite que peu d’entretien. (Voir la page « Maintenance et entretien » pour les conseils d’entretiens).

Enfin, le dernier ingrédient, et non des moindres, c’est l’huile de coude car chacun de nos objets est traité à la main.